Vanessa CLAVEL
Yoga, Pilates, Fitness, masseuse à Paris 19
06 84 76 02 25
 
75019 Paris
 
Vanessa CLAVEL
Yoga, Pilates, Fitness, masseuse à Paris 19

L' ivresse de la course

J’ai toujours eu un plaisir à la course, comme vous avez pu le comprendre dans https://www.penseryoga.com/blog/articles/ma-premiere-experience-sportive « ma première expérience de la course ».

Quand j’étais à l’internat au collège en Ardèche, pour préparer les courses départementales et nationales, mon professeur de sport me préparait un programme d’entrainement personnalisé.

Je participais à cette époque à de nombreuses courses d’endurance, des cross, ou des courses longues sur piste. Je n’ai jamais été performante en vitesse pure.

Ce que je préférais dans les courses de longue distance, c‘est toute l’histoire qui se déroule dans la tête et d’avoir le temps de s’installer dans une certaine durée.

Un jour, je me souviens, je m’occupais dans les vestiaires d‘une amie « minime » alors que j'étais « Cadette » à l ‘époque. D‘un seul coup, j‘entends le coup de feu, pour signaler le départ... Et on vient me dire dans le vestiaire : «  Vite, c‘est ton tour, le départ a été donné ! » 

En une fraction de seconde, je me dis : « c’est trop tard, je n’y vais pas… ».

Puis, je me ressaisis, et finalement, je pars, la dernière. 

La course commence avec une atroce montée. Je cours vitesse grand « v » en mode sprint, pour essayer de rattraper les autres. Je donne tout ce que ma tête et mon corps me permettent. Ce n’était pas prévu comme ça… Je m’étais entrainée et je connaissais les difficultés du parcours.

Je parviens finalement à rattraper les autres et à terminer 2 ème au classement Départemental, bien que partie la dernière!.

Quelle sensation étrange...de dépasser tous ces coureurs, chacuns isolés dans leurs souffrances, haletant, voire défigurés par le manque d ‘oxygène. Être au bout de soi-même, trouver la force vitale de pousser sur ses jambes, dans son cœur ou dans sa tête, et ne plus savoir ce qui nous fait avancer. Quelques supporters  parfois dans les bois au détour d‘un virage qui te disent  : « vas y, tu vas y arriver…. ! »

Et puis, je vois les pompiers au loin, loin… mais dans un brouillard  lié à l’ivresse de la course et de mon cœur qui semble exploser. Je sens mes joues qui vont se décrocher du reste de mon visage, je vois vaguement mon entraîneur à la fin de la course, mes émotions se mélangent, j'ai envie de pleurer. 

Je sais que c’est la FIN, mais la fin de quoi ? De la course ? Le bout de moi-même ?

Arrivée au bout, au bout du bout, c’est un soulagement, une victoire , en tout cas dans les bras de ceux qui peut-être prendront soin de moi. 

Avec le recul, je vivais toutes mes courses comme un challenge  contre moi-même, comme si en tutoyant les extrêmes, je revenais ou tout simplement je sentais la vie en moi, plus forte que tout.

Alors, vous me direz…  et le Yoga dans tout cela ? Autant vous dire que la découverte du yoga a été l’apprentissage d’une nouvelle façon de penser, d’appréhender et d’accepter mon état physique et mental, sans lutte, avec plus d’harmonie avec moi-même et avec le monde …


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.